Le BCR doté d'une salle serveur principale sécurisée

Dans le cadre de la mise en place de l'architecture informatique de collecte des données du Deuxième Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH 2), le Directeur Général de l’Institut National de la Statistique (INS) et le Coordonnateur du Bureau Central du Recensement (BCR) ont inauguré la salle serveur principal aménagée dans les installations de l'INS, dans la Commune de Limete. Ces travaux d’aménagement ont été financés par le Trésor Public.

La cérémonie s’est déroulée le vendredi 14 juillet dernier en présence des Partenaires Techniques et Financiers notamment la Banque Mondiale (BM), la Banque Africaine de Développement (BAD), le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) et le groupement SINFIC. Communication (NTIC) pour la collecte des données. Elle a connu quatre moments forts, à savoir les allocutions, la signature du procès-verbal de réception des travaux, la coupure du ruban symbolique et la visite guidée doublée d’exercices de simulation.

Dans son allocution, le DG de l’INS et Superviseur du BCR, Roger SHULUNGU RUNIKA, a salué la fin des travaux d’aménagement de cette salle serveur principale qui est d’une utilité capitale dans la réalisation du RGPH2. Pour lui, ce serveur principal servira à centraliser et stocker en un temps record les données collectées par les agents sur le terrain;cela devrait contribuer à réduire le temps du traitement, de l'analyse et de la publication des données afin d'avoir les résultats fiables dans les meilleurs délais.

Après la signature du procès-verbal de réception entre le DG de l’INS, le Coordonnateur du BCR et le Représentant de la firme exécutante ABB Sarl, le public a assisté à la coupure du ruban symbolique pour marquer l’inauguration de cet ouvrage attendu depuis des mois. Pour les experts d’ABB, cette salle serveur offre des garanties de sécurité, notamment un système anti-incendie, une porte blindée dont l’accès est filtré, un dispositif d’électricité redondante en cas de coupure du courant électrique ou encore la vidéo-surveillance. Il faut également rappeler qu’auparavant le BCR avait déjà fait installer un autre serveur, celui de sauvegarde, dans les installations de la Banque Centrale du Congo.
En effet, un protocole d’accord signé entre le Gouverneur de la BCC et le Ministre du Plan permet au BCR d’héberger ses serveurs dans les locaux de la Banque, tout particulièrement à Kinshasa (pour le serveur de sauvegarde), Lubumbashi, Mbandaka, Bukavu et Kisangani (pour les serveurs provinciaux). Rappelons que contrairement au recensement de 1984, la RDC a fait le choix de recourir aux Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication.

Christian MITEO

Retour à la page d'accueil du RGPH2